11 407 vues

Scénario : Vincent Brunner
Dessin : Claire de Gastold
Éditeur : Casterman
136 pages
Date de sortie :  20 janvier 2021
Genre : jeunesse, actualité, tranche de vie, société.

 « Il est partout / il est nulle part
Méfiez vous / de ce lascar
Pour mater / il n’a pas d’heure
Cet obsédé / est un voyeur »

Présentation de l’éditeur :

Ils s’appellent Aïssa, Kim, Aubin, Arno ou Vanessa… Tous élèves au Lycée Lilian Thuram, ils rêvent de rap, de cosplay ou encore d’écologie…

Futurs rappeurs, Fodé et Maël sont plus à l’aise avec les mots qu’avec l’algorithme de YouTube… jusqu’à ce qu’un mystérieux poing vert, présent sur un mur en arrière-plan de leur vidéo, se retrouve taggé sur la façade du lycée. La théorie du complot s’installe…

Quant à Aïssa, Julie et certaines de leurs camarades, c’est à un autre genre de buzz qu’elles doivent faire face : quelqu’un les a photographiées aux toilettes et a mis en ligne les images. Le site a été fermé, mais les photos ont eu le temps de circuler… et de susciter des réactions.

Dessinées à hauteur d’ados, les deux histoires de ce livre posent des questions d’aujourd’hui : qu’est-ce que la popularité ? Où commence le harcèlement ? Comment se met en place la mécanique du complotisme ? Et surtout : y a-t-il une recette miracle pour faire un maximum de vues sur YouTube ?

Casterman_11 407 vues_brunner_de Gastold_scan

Mon avis :

Cet ouvrage, on le comprend d’emblée par sa couverture, est destiné principalement aux ados. Mais aussi, et pourquoi pas, aux parents soucieux de connaître les limites des réseaux sociaux pour leurs enfants sans devenir surprotecteurs. Parce que, même si tout le monde le sait, Internet n’est pas sans danger. Cet outil, aussi formidable soit-il, est aussi un piège pour ceux qui n’y prêtent pas garde, les jeunes d’autant plus.

L’adolescence, c’est la période où on se développe, tant physiquement que socialement et humainement. Alors forcément, le regard des autres possède un certain impact sur notre façon d’être… En un rien de temps, on peut devenir harceleur, comme harcelé. Il ne suffit parfois de pas grand-chose : un site internet pervers par exemple.

Voilà comment « 11 407 vues » débute. Un site dévoile des photos des filles du lycée Lilian Thuram dans les toilettes de l’établissement scolaire, la culotte le plus souvent sur les chevilles et les demoiselles à leurs besoins… une honte évidemment ! Les jeunes filles ne savent plus où se mettre quant aux coupables, ils ne se résument pas au créateur du site, non ! S’il est le premier responsable, ceux qui ont propagé l’information, les clichés, ne sont pas en reste et il faut bien le comprendre. Le harcèlement ne se limite pas à celui qui le commence, mais également à ceux qui suivent en se moquant (même sans penser à mal) ou faisant des remarques – comme ici sur les culottes des adolescentes.

Ainsi, Vincent Brunner et Claire de Gastold ont pris le parti de suivre l’évolution de cette affaire selon différents points de vue : certaines jeunes filles vues en mauvaises postures, l’entourage, mais aussi le coupable et son commanditaire.

Casterman_11 407 vues_brunner_de Gastold_scan 1

Au fil des pages, on comprend à quel point l’image qu’on renvoie est importante pour les jeunes, les influenceurs sur les réseaux sociaux y étant pour beaucoup. Mais là où le bât blesse, c’est quand cela tourne à l’obsession, juger sa valeur aux nombres de « like » sur sa vidéo par exemple et comment ils feront tout pour augmenter le buzz. Alors quand l’un d’entre eux reste anonyme, quand cela titille les esprits les plus sensibles : cela peut tourner aux théories du complot, même chez les ados !

Sans entrer dans le débat, voyons tout simplement ce qui se passe dans le monde avec le Covid19, entre les pour et contre le port du masque, les pro et antivaccins, … Sans un encadrement approprié, il y aurait de quoi déclencher la troisième guerre mondiale pour tout et n’importe quoi, comme les élections américaines qui ne se sont pas faites sans morts en 2020, par exemple.

Alors grâce à ces jeunes dessinés par Claire de Gastold, dans un style jeune, auquel on peut s’identifier sans forcément aimer le graphisme et les dialogues clairs et parlants de vérité de Vincent Brunner : il y a moyen de discuter entre jeunes et adultes, de comprendre et d’avoir une base intéressante pour analyser ce qu’il y a lieu ou pas de faire dans le respect de chacun et sans partir dans des travers, pour ainsi parvenir à cette éblouissante scène de fin où les deux jeunes rappeurs parviennent à se faire connaître en restant fidèles à eux-mêmes.

ShayHlyn.

4 commentaires sur “11 407 vues

Ajouter un commentaire

  1. J’ignore si le contenu de cette BD est pertinent, mais ce qui est sûr, c’est que le sujet est grave avec des conséquences qui peuvent être dramatiques (suicides).
    S’il fait prendre conscience aux jeunes qui vont le lire que les réseaux sociaux peuvent être dangereux s’ils sont mal utilisés (harcèlement), ce sera déjà ça de gagné.
    Je lui souhaite donc succès et longue vie quelle que soit sa qualité, et merci aux auteurs d’avoir eu ce courage.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :