Nous sommes tous des anges gardiens

Le quartier des innocents

Scénario : Toldac
Dessin : Frank Biancarelli & Laurent Gnoni
Éditeur : Glénat  
80 pages
Date de sortie : 19 août 2020
Genre : histoire vraie, drame, introspection.

Avec un dessin signé Frank Biancarelli et Laurent Gnoni assez réaliste, en blanc et noir, très US en tout cas et un scénario poignant de la plume de Toldac : « Nous sommes tous des anges gardiens » appuie la théorie de Denis Marquet. Le hasard fait bien les choses : mais le hasard, qu’est-ce que c’est finalement ?

Présentation de l’éditeur :

Comment prouver son innocence quand tout le monde vous prend pour un monstre ?

Sydney, les années 1990. Abby et Rafael sont aux anges. Ils seront bientôt les parents d’une adorable petite fille. Mais suite à des complications, le bébé ne survit pas à l’accouchement, déclaré mort-né. Quelques années plus tard, c’est leur second enfant, Gavin, qui succombe d’un empoisonnement domestique… Et puisqu’un malheur n’arrive jamais seul, c’est Abby elle-même qui est rapidement accusée du meurtre de ses propres enfants. Emprisonnée, la jeune femme est au fond du gouffre. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de Rafael, son compagnon, et surtout de Trugani, un avocat aborigène. Persuadé qu’elle est victime d’une malédiction, il va tout faire pour prouver son innocence.

En mettant en scène ce drame familial, les auteurs mettent en avant le fait que dans chaque situation, si terrible soit-elle, il y aura toujours quelqu’un, un « ange gardien », pour veiller sur vous.

Mon avis :

Ce livre est composé de 2 parties : la principale – la BD – retrace l’histoire tirée d’un fait réel affligeant un couple de la perte consécutive de leurs 3 enfants. Le premier, mort-né, le second soupçonné d’avoir été empoisonné par sa mère et enfin le troisième qui révélera une toute autre vérité.

Cette histoire, certains d’entre vous la connaisse déjà par le biais d’un téléfilm (me semble-t-il), mais surtout un épisode de série criminelle célèbre. Une mère qui est accusée de tuer ses enfants avec de l’antigel, ce n’est pas courant. Mais dans cet ouvrage, c’est le pouvoir du « hasard » et de la chance qui sera mis à l’honneur et détaillé dans la seconde partie, une théorie assez philosophique écrite par Denis Marquet.

En effet, dans leur malheur, le destin va mettre beaucoup de personnes bienveillantes sur la route de Rafael et Abby Walker. Cette femme anéantie par la mort de ses enfants à la naissance ou tout juste quelques mois après, les accusations d’infanticides, l’incarcération, le procès… tout au long de ce parcours difficile pour une mère aimante, Abby va croiser la route de ses « anges gardiens », des gens que rien n’oblige à l’aider et qui seront pourtant là pour elle.

Avec un dessin signé Frank Biancarelli et Laurent Gnoni assez réaliste, en blanc et noir, très US en tout cas et un scénario poignant de la plume de Toldac : « Nous sommes tous des anges gardiens » appuie la théorie de Denis Marquet. Le hasard fait bien les choses : mais le hasard, qu’est-ce que c’est finalement ?

ShayHlyn

3 commentaires sur “Nous sommes tous des anges gardiens

Ajouter un commentaire

Répondre à toutloperaoupresque655890715 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :