THE WIZE WIZE BEASTS of the Wizarding Wizdoms

Auteur : Nagabe
Éditeur : Komikku
Date de sortie :  11 juin 2020
Genre : romance, Yaoi , fantastique.

Le point fort de ce manga est indéniablement le graphisme unique de Nagabe, jonglant magistralement avec les contrastes et une atmosphère mystérieuse dans les couleurs de ce château devenu école.

Présentation de l’éditeur :

Il y a bien longtemps, un très puissant sorcier du nom de “Wizdoms” a transmis aux bêtes le savoir et la possibilité de prendre forme humaine. Les Thérianthropes étaient nés. Devant cette soif de connaissance, cette nouvelle race anthropomorphe a bâti des écoles. La plus prestigieuse d’entre elles porte le nom de “Wizdoms”. C’est en son sein que sont formés les plus grands sorciers. Les élèves y étudient, vivent et découvrent même l’amour sous toutes ses formes et bien au-delà des genres !

the wize wize beasts of the wizarding wizdoms_komikku

Mon avis :

Comme l’aurait si bien dit Cyrano de Bergerac « Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme… » Mais tout en titillant le lecteur avec des brèves romantiques à la sauce Nagabe (l’auteur), il y a de quoi rester quelque-peu sur sa faim à chaque chapitre.

Dans une école de sorcellerie qui n’a rien à envier à Poudlard, bien au contraire car les élèves et les professeurs sont des animaux à l’attitude humaine – don offert par un célèbre sorcier qui octroya la démarche sur deux jambes et la parole à une partie de la faune mondiale et fantastique : des amours naissent, éclosent au grand jour ou se taisent à jamais. Le plus souvent, dans des schémas assez classiques comme « Le génie et le médiocre » entre un lièvre qui a du mal à maintenir sa moyenne scolaire et un chat siamois qui apprend sans la moindre difficulté ; deux dragons dont l’un est le professeur et l’autre l’élève assidu ; et bien d’autres encore.

PlancheA_396159

Le point fort de ce manga est indéniablement le graphisme unique de Nagabe, jonglant magistralement avec les contrastes et une atmosphère mystérieuse dans les couleurs de ce château devenu école. Son aptitude à créer des humains aux traits d’animaux (ou des animaux à l’allure humaine) est incontestable, voire même un peu quand même dans son manque de « bestialités » chez ses créatures qui en sont davantage Homme que Bête. Même si l’auteur a tenté, dans ce one shot, de faire ressortir les caractéristiques marquantes des animaux dépeints… ce n’est pas toujours gagné d’avance.

Quant au point faible, libre au lecteur de savoir si le ton expéditif – ou pire avec des fins ouvertes – plaira ou non. Dans plusieurs cas, ces romances donnent, majoritairement quand même, un goût de trop peu qui peut tour à tour laisser place à d’innombrables possibilités dans l’imagination des lecteurs, soit désespérer ceux qui auraient voulu, comme moi, en savoir plus.

 

ShayHlyn

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :