No War T3

Auteur : Anthony Pastor
Editeur : Casterman
Genre : Polar / Fiction
120 pages
Sortie : le 4 septembre 2019

Avis de l’éditeur :

Une étincelle et tout peut exploser ! Le sniper qui a tiré sur Run s’en prend à son père, mais manque son coup et abat le président de l’entreprise chinoise qui finance le chantier du grand barrage. Brook organise le passage de Jo sur Saarok, l’île des Kiviks, où les chamans pourront peut-être la guérir de la pierre Kafikadik qui la tue à petit feu.

Mon avis :

Sur l’étendue du Vukland, le peuple autochtone Kivik vit sur l’île de Saarok. Jo est blessée, et Run constate qu’elle a la même cicatrice à la main que lui. Pour la soigner, il est impératif qu’elle se rende sur l’île de Saarok. Pour ce faire, elle prend en otage Run, subtilisant l’arme de son garde du corps.

sans-titre

Entre temps, nous découvrons ce qui se cache en coulisses : L’affaire Goliath – le scandale de l’usine chimique de « Golgota construction » prouve de manière irréfutable que les travaux ont eu lieux sur un site pollué, moyennant des pot-de-vin. Des gens décèdent tandis que les responsables ont filé. Dorénavant, nombreux sont ceux qui tentent de rejoindre les Kivik alors que les grands pontes veulent monopoliser le business des pierres et du pétrole.

Les accords diplomatiques avec la Chine sont au plus bas : Georg, le père de Run et PDG de « Life Energy » est menacé, mais contre toute attente, un ancien ministre chinois en paye les frais. Du coup, le gouvernement doit non seulement gérer les émeutes, les manifestations mais maintenant également de sombres projets touchant à l’économie extérieure.

No-war

Anthony Pastor clôt ce premier cycle de trois tomes, par l’affrontement entre jeunes extrémistes qui ont rejoint les Kivik au grand barrage, affrontant les forces de l’ordre lors de rébellions ultra -violentes. Autant vous le dire chers lecteurs, bien qu’un certain suspense peut-être décelé, la lecture et la compréhension de cette série requiert du travail d’athlète de haut niveau. La qualité graphique n’aidant pas pour un sou. Un trait grossier, franchement rudimentaire, qui par moments franchit le seuil de l’acceptation du non-retour. Certes, on devine qu’il s’agit d’une montagne, ou d’un lac ou encore d’un rocher, (voire que… car à plus d’une reprise on en doute) mais bien que tous les goûts artistiques soient dans la nature, le lecteur appréciant un magnifique relief montagneux ou une vague éclatante n’y trouvera hélas pas son compte avec No War. Les protagonistes ne sont quant à eux pas épargnés non plus, si bien que la lecture dans de telles conditions relève de l’exploit. Mais bon, il est fort à parier que certains lecteurs scruterons avec insistance chaque détail, sous différents angles et y décèleront un art moderne tendance fait de finesse. Laissons donc la chance à chacun de se prononcer.

 

Coq de Combat

5 commentaires sur “No War T3

Ajouter un commentaire

  1. Il est vrai qu il en faut du courage pour suivre cette série. Perso j ai abandonné et refilé la patate chaude à notre kamikaze coq de combat…qui lui aussi rendra les armes pour un hypothétique prochain tome.

    J'aime

  2. Je n’ai finalement pas eu l’occasion de lire le T2 même si j’avais constaté un léger progrès graphique, mais vos chroniques des derniers tomes ne m’incitent pas trop.
    Quant au graphisme, c’est vrai que c’est toujours rude, ingrat et sommaire… il faudrait quand même un minimum d’attractivité !🙄

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :