Planeta extra

Scénario : Diego Agrimbau
Dessin : Gabriel Ippoliti
Éditeur : Sarbacane
78 pages
Date de sortie :  5 février 2020
Genre : science-fiction ; société ; anticipation


Une étonnante BD politico-futuriste venue d’Argentine, intelligente et dépaysante !

 

Présentation de l’éditeur

Dans un futur où la Terre n’est plus qu’une banlieue chaotique pour déshérités, le balèze Kiké et le longiligne Toti, deux pieds nickelés attachants plus rêveurs que déménageurs, ont une livraison délicate à assurer vers la lointaine Lunærope. Pourtant, quand la fille de Kiké lui annonce son départ, celui-ci perd pied. Prêt à tout pour la retenir, il va se lancer dans une mission de tous les dangers…

planeta-extra_pl02

Mon avis

Voilà une étonnante surprise que cet album venu d’Argentine et proposé par les éditions Sarbacane. Écrit il y a une dizaine d’année par l’argentin Diego Agrimbau, cet album à reçu en 2009 le prix Premio Planeta DeAgostini de Comics. Voilà donc ce récit d’anticipation / science-fiction (oui, c’est les deux à la fois) qui débarque 10 ans plus tard sur le vieux continent, et qui n’a pas pris une ride.

Récit d’anticipation pour le fond de cette histoire qui dépeint une société futuriste en décomposition qui renvoie quelques échos du monde d’aujourd’hui. La terre est sale, polluée, surpeuplée, urbanisée à l’extrême, les gens vivotent comme ils peuvent dans une société corrompue et en proie des actions terroristes menées par quelques minorités. Une société où la précarité va grandissant, et où la violence sous toutes ses formes devient la norme, à laquelle on s’habitue presque. Récit de science-fiction aussi, puisqu’il y est question de conquête spatiale avec la colonisation d’un des satellites de Jupiter qui accueille une partie de l’humanité.

Sur un ton presque enjoué, en tout cas léger, Diego Agrimbau décrit une vision du futur assez pessimiste en mettant en scène des personnages attachants ancrés dans un quotidien simple, réaliste et crédible. Le décorum rend aussi ce récit réaliste. Il y a bien des véhicules volants, mais ceux-ci ont un look années 80, les vêtements sont les mêmes que ceux d’aujourd’hui (claquettes, bermuda, T shirt) et les villes ont un aspect tout à fait actuel, en plus sale.

planeta-extra_pl03

Le dessin de Gabriel Ippoliti est étonnant. Dans un style réaliste et très coloré il propose un décor crédible qui donne plus de force au fond proposé par Agrimbau.

Vifs, rythmés, animés de dialogues incisifs et parfois drôles, les déboires du déménageur Kiké se lisent avec amusement et compassion et on est vite pris d’empathie pour ce personnage aux gros biscottos et au cœur tendre qui nous fait presque oublier le caractère acerbe de cette fable politico-futuriste.

Loubrun

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :