Notre part des ténèbres

Scénariste : Gérard Mordillat
Dessinateur : Eric Liberge
Editeur : Les Arènes
96 pages
Genre : Drame social
Sortie : le 25 septembre 2019

Nul doute que ce titre « Notre part des ténèbres » soit accueilli par un public féru de l’actualité moderne, qui plus est, rudement mis en valeur par son dessinateur Eric Liberge, qui pour le coup se dirige vers différents styles graphiques.

Avis de l’éditeur :

La BD de la révolte sociale. Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, une magnifique croisière est organisée sur un bateau de luxe, le Nausicaa, pour les actionnaires de Mondial Laser, une entreprise de pointe vendue à l’Inde par un fonds spéculatif. Il s’agit de célébrer les profits records de l’année qui s’achève et ceux à venir suite à une délocalisation. Mais tandis que le champagne coule à flots au milieu d’invités prestigieux, le Nausicaa est détourné. Il met cap au Urge, plein nord.

Mon avis :

Au port de Gemevillers, site de l’entreprise « Mondial Laser », des émeutes violentes tournent au carnage. Le récit se poursuit à bord du « Nausicaa », un navire de luxe, dont les invités, triés sur le volet, se préparent à réveillonner comme il se doit, dans le luxe, la débauche et l’exagération bling bling.

91rwQWxacLL

Tandis qu’Edward B Cawlpetter Jr, patron New Yorkais, véritable gangrène de Wall Street, qui palpe 5% sur toutes les opérations de l’international investment Fund allant de Londres aux îles Caïmans, envoûte son audience par un discours enchanteur, une prise d’otages a lieu par Franklin Gary et de nombreux anciens travailleurs de chez « Mondial Laser ».

Le champagne coulant à flot et le caviar le plus onctueux tournent subitement aux vomissements en chaîne. Les preneurs d’otages bien décidés à aller jusqu’au bout de leurs idées sont prêts à se sacrifier en dernier recours.

Fait d’actualité depuis plusieurs années concernant la mondialisation et les licenciements en effet de masse, Gérard Mordillat se lance dans un périple significatif, pas si abordable qu’il n’y paraît. A l’heure où l’Inde et la Chine monopolisent économiquement la planète, les victimes de la classe moyenne européenne et américaine en subissent directement les conséquences. Force est de constater l’animation culturelle actuelle afin de transmettre la réalité en face. Emettons le récent cas du film Joker avec le brillant Joaquin Phoenix, à contre courant des films de super héros classiques, pour un film à caractère social et dramatique.

91r7urs3v7L

Certes, il s’agit d’un domaine à prendre avec des pincettes, car la solution miracle n’apparait pas en un battement de cil. Mais le seul fait d’entreprendre une odyssée active ou en simple spectateur montre clairement la source du problème : les inégalités qui ne cessent de s’accroître. Un souci majeur à analyser et à améliorer d’amont en aval. Utopique sans nul doute, mais qui nécessite cependant la plus mûre des réflexions.

Nul doute que ce titre « Notre part des ténèbres » soit accueilli par un public féru de l’actualité moderne, qui plus est, rudement mis en valeur par son dessinateur Eric Liberge, qui pour le coup se dirige vers différents styles graphiques. Une touche personnalisée qui rappelle cependant Tardi ou Manara sur quelques planches.

Coq de Combat

Un commentaire sur “Notre part des ténèbres

Ajouter un commentaire

  1. Le sujet aurait du me plaire, le dessin aussi mais au final j’ai décroché de cette histoire. Pourquoi ? Un récit trop obscur? Sans empathie ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :