Empereur du Japon tome 1

L’histoire de l’Empereur Hirohito

Oeuvre originale : Kazutoshi Hando
Dessinateur : Junichi Nojo
Editeur : Delcourt / Tonkam
Genre : Historique
Sortie : le 2 octobre 2019

Voici une entame plus qu’honnête. Au scénario, Issei Eifuku véhicule une trame soignée, lente, certes , mais tout à fait honorable. La partie graphique assurée par Junichi Nojo affiche un trait élégant et juste. Sans réellement contribuer à nous en mettre plein les yeux, sa touche graphique est accentuée par un encrage épais mettant nettement ses protagonistes au premier plan. 

Avis de l’éditeur :

En l’an 37 de l’ère Meiji, soit en 1904, le jeune Hirohito tente de trouver sa place. De son apprentissage, sa régence, au début de son long règne, jusqu’aux événements qui ont conduit le Japon à la seconde guerre mondiale, ce merveilleux manga, très documenté, lève le voile sur la vie et l’enfance méconnues du prince Hirohito, ou empereur Shòwa de son nom de règne.

Mon avis :

Le 14 août 1945, jour historique, marqua les accords de la conférence de Postdam (le Japon reconnaissant à la fin de la seconde guerre mondiale la victoire des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union Soviétique). Le 27 août de la même année est quant à elle marquée par la rencontre entre l’Empereur Hirohito & le Commandant des forces alliés Douglas Macarthur. D’un calme plutonien, l’Empereur parle en son nom et accepte l’entièreté des charges accablant le Japon, pour le salut de son peuple vaincu.

PlancheA_375736

Le récit nous plonge ensuite 41 ans plus tôt où Mademoiselle Taka Adachi, professeur de maternelle, est conviée pour un poste capital : devenir nourrice du Kôson, autrement dit pour le petit-fils de son altesse impériale.  Une tâche prestigieuse lorsqu’on sait que le prince Michi sera voué à monter sur le trône. D’autant qu’une longue formation attend la jeune femme afin de se familiariser aux usages de la cour.

Sa première rencontre avec le prince porte agréablement ses fruits : suite au décès de son pigeon massacré par un chat, le prince troublé se voit réconforté par Mademoiselle Adachi lui soulignant le principe fondamental de l’existence, comme quoi chaque vie est précieuse et la vengeance n’engendre que de la haine. S’ensuit le décès de l’Empereur Meiji et le prince Michi devenant à un très jeune âge lieutenant des armées.

Au scénario, Issei Eifuku véhicule une trame soignée, lente, certes , mais tout à fait honorable. Son premier chapitre évoque brièvement le passage de l’après-guerre, mais plante ensuite un autre profil se déroulant quatre décennies plus tôt. Un choix judicieux qui permet de constater le portrait de l’Empereur du Japon vaincu pour ensuite retracer en toute logique sa vie, et sa carrière, ainsi que la période de transition de l’ère Meiji vers l’ère Taishô.

PlancheS_67258

La partie graphique assurée par Junichi Nojo affiche un trait élégant et juste. Sans réellement contribuer à nous en mettre plein les yeux, sa touche graphique est accentuée par un encrage épais mettant nettement ses protagonistes au premier plan. Bien que certains décors et paysages ne soient pas en reste, tels que certains monuments reproduits de toute beauté. Par contre, quelques émotions en décalage ou surjouées auraient pu être différemment calibrées.

Voici une entame plus qu’honnête. Attendons de voir la suite si cela se confirme.

Coq de Combat

Un commentaire sur “Empereur du Japon tome 1

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :