Le roman des Goscinny – tome 1 – naissance d’un Gaulois

Scénario : Catel
Dessin : Catel
Éditeur : Grasset
334 pages
Date de sortie :  août 2019
Genre : biographie, histoire, chronique


Raconter René Goscinny en bande dessinée. Et lui donner la parole, au fond, pour la première fois. Tel est le projet de cet album exceptionnel. Un événement artistique. Et un livre de tendre amitié.

le roman des goscinny_pl

Présentation de l’éditeur

Catel, célèbre dessinatrice, travaille depuis quatre ans, avec l’appui et l’amitié d’Anne Goscinny, à ce « Roman des Goscinny » – un roman graphique où tout est vrai. 320 pages magnifiques, en trichromie, où Catel nous raconte la vie de René Goscinny. Sa naissance, dans le Paris des années 20, au cœur d’une famille juive, exilée de Pologne et d’Ukraine. Son père, chimiste, fils de rabbin. Sa mère, née en Ukraine, ayant fuit les pogroms. Son grand-père, imprimeur de journaux yiddish. Son grand-frère moqueur, Claude. L’enfance en Argentine, bientôt. Et les passions de René : le dessin, le rire, puis l’écriture.
Catel nous emmène dans un voyage familial marqué par l’histoire, entre l’Amérique et l’Europe. Tandis que le jeune René cherche sa voie, lui le « paresseux contrarié », une partie de la famille meurt dans les camps d’extermination. René part à New York, frappe à toutes les portes, dessine et vit dans la pauvreté avec sa mère. A Bruxelles puis à Paris, il trouvera peu à peu sa vocation : non pas dessiner, mais écrire, scénario, sketchs, histoires. Goscinny crée, avec Uderzo, le personnage d’Astérix, qui devient très vite célèbre dans le monde entier ; mais aussi le Petit Nicolas avec Sempé. Et il est le grand scénariste de Lucky Luke et de Iznogoud.

a8f6afe2cef37dd01ad4f89cfe30c2b8

Mon avis

Le roman des Goscinny c’est le roman d’une vie, mouvementée, extra-ordinaire, d’un homme qui appartient quasiment au patrimoine National, raconté par lui-même et par sa fille. Et mis en scène par une spécialiste du roman bio-graphique. On pourrait croire que Catel, qui jusqu’à présent ne racontait que des portraits de femmes extra-ordinaires, a fait une entorse à son projet d’auteure. C’est un peu vrai, mais pas complètement. Retour sur la genèse de ce livre.

Ce roman bio-graphique est le fruit d’une rencontre au cours d’une soirée entre Anne Goscinny et Catel. Anne demande à Catel si elle accepterait de faire une bio dessinée de son père René. Catel dit non. Elle ne fait que des portraits de femmes, elle ne peut pas faire René Goscinny. Cette première rencontre qui se solde par une frustration collatérale, se transformera rapidement en une amitié vraie, intense et profonde lors d’une deuxième rencontre. L’idée vient au cours d’une discussion : il y a bien une femme dans ce projet, c’est Anne. Elle a tellement de choses à dire sur son père, que c’est elle qui va raconter l’histoire. Banco ! C’est parti, Anne raconte, Catel écoute et note. Mais ça ne suffit pas. René, cet exceptionnel raconteur d’histoires, doit se raconter aussi lui-même. Anne ouvre alors toutes les archives à Catel qui trouvera dans des milliers de pages d’interview de quoi faire parler René Goscinny.

le roman des goscinny_pl2

Sur plus de 300 pages, chacun leur tour, Anne et René racontent leur histoire en toute simplicité et nous lisons/écoutons cette histoire avec intérêt, passion, admiration et émotion.

Avec intérêt, parce qu’on y apprend des choses sur la vie de René Goscinny. Beaucoup plus que ce que l’on connait déjà comme sa rencontre avec les belges Morris, Jijé et Troisfontaines, exilés aux états-unis et l’équipe du magazine Mad de Harvey Kurtzman qui ont été à eux tous les lanceurs de la carrière de Goscinny, même si le chemin fut long avant de rencontrer le succès. On en apprend plus parce que Catel nous emmène dans l’intimité du quotidien de l’auteur. On le suit dans ses difficultés, son acharnement a vouloir exercer le métier de dessinateur et d’amuseur. Avec intérêt encore pour tous ces extraits et morceaux choisis dans les archives de Goscinny que Catel a eu la bonne idée de partager. Goscinny a débuté comme dessinateur, et ses travaux en tant que tel sont nombreux et variés.

Avec passion et admiration pour le parcours hors normes, semé d’embûches et de sombres destins, de cet amuseur qui n’a jamais perdu la foi ni baissé les bras.

Avec émotion enfin, pour cette histoire familiale racontée avec pudeur par une femme qui a vécu trop tôt la perte de ses parents. Je me souviens de cette année 1977. J’avais 9 ans, comme Anne Goscinny, et je découvrais avec effroi qu’on pouvait ne plus avoir de parents à 9 ans.

Ce premier volume se lit comme on écouterait une bonne histoire racontée au coin du feu. Une histoire émouvante, drôle, triste, touchante et dans tous les cas passionnante. Histoire qui s’arrête ici aux portes d’un célèbre petit village Gaulois et prendra une autre dimension une fois ces portes franchies.

Loubrun

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :