Blake et Mortimer – Le dernier Pharaon

Scénario : François Schuiten, Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig
Dessin : François Schuiten
Éditeur : Blake et Mortimer
85 pages
Date de sortie :  29 mai 2019
Genre : aventure


« Ce qui est étrange, c’est qu’en s’approchant du fond de l’atelier, tous les appareils électriques tombent en panne »

 

Présentation de l’éditeur

« Par Horus, demeure ! » Le souvenir de la Grande Pyramide hante à nouveau Mortimer. Ses cauchemars commencent le jour où il étudie d’étranges radiations qui s’échappent du Palais de Justice de Bruxelles : un puissant champ magnétique provoque des aurores boréales, des pannes dans les circuits électroniques et d’épouvantables hallucinations chez ceux qui y sont exposés. La ville est aussitôt évacuée et enceinte d’un haut mur.
Pour venir à bout du rayonnement, l’armée a conçu un plan qui met en péril l’avenir du monde. Pour Blake et Mortimer, malgré leurs vieilles querelles, malgré leur âge, il va s’agir de repartir à l’aventure, vers une Bruxelles abandonnée pour tenter encore une fois de sauver le monde. Et s’apercevoir que la zone interdite n’est pas si abandonnée que cela.
Ce qu’ils trouveront là est en lien avec leur aventure passée, celle qui les avait menés au temps de leur jeunesse, vers les mystères de la Grande Pyramide.

le dernier pharaon_pl

Mon avis

Un nouveau Blake et Mortimer, ça fait toujours couler beaucoup d’encre, et celui-ci peut-être plus que d’autres. Voilà une aventure des deux héros créés par E.P. Jacobs qui sort de l’ordinaire tant dans le fond que dans la forme.

Graphiquement déjà, cela saute aux yeux. François Schuiten qui a pris en mains, le temps d’un album, la destinée de B&M a pris le parti de ne pas suivre le lourd cahier des charges imposé habituellement pour toute nouveauté dans la série. Exit la traditionnelle ligne claire et place au style Schuiten avec ses hachures et ses planches aux airs de gravures. Il rend ici un hommage vibrant à Jacobs en faisant du Schuiten. Peut-être un peu trop diront certains, pas à cause de son style graphique qui est juste magnifique, mais par de petits éléments de son œuvre personnelle qu’il distille de-ci de-là. On y trouve par exemple la Douce, cette locomotive qui a fait l’objet d’un album en 2012, et puis bien sûr, personnage à part entière de l’histoire, la ville de Bruxelles et son Palais de justice qui sont aussi au centre de l’album Brüsel de la série des Cités Obscures.

Mais que Schuiten fasse du Schuiten n’est pas dérangeant et c’est même plutôt bon de voir un album de B&M sortir des sentiers battus et un auteur qui ose s’affranchir des codes stricts de la série.

Pas de ligne claire donc, n’en déplaise aux puristes. Pas d’Olrik non plus, et mieux encore, le capitaine Blake et le professeur Mortimer ont pris quelques rides et sont même un peu fâchés.

le dernier pharaon_pl_N&B

Concernant l’histoire, elle se pose comme un prolongement du Mystère de la Grande Pyramide, dans une veine fantastique et SF, veine qui n’est pas si étrangère que ça à l’univers développé par Jacobs si l’on se souvient de l’album Le piège diabolique auquel cette histoire fait penser par certains aspects. L’histoire donc, bien qu’un peu alambiquée et tirée par les cheveux, ne démérite pas de l’œuvre de Jacobs : on y trouve du fantastique, du militaire, et du politique. Ce dernier point faisant écho au monde d’aujourd’hui en suggérant une vision positive de la décroissance inéluctable. C’est là pour moi la principale force de ce scénario où le duo Britannique sauve le monde mais en le mettant sur de nouveaux rails.

Un Blake et Mortimer hors série, hors normes, qui ne fera sans doute pas l’unanimité, mais qui offre une vision intéressante de l’univers de Jacobs en lui rendant hommage de façon assez brillante. Un Blake et Mortimer qui à mon sens respecte l’œuvre en y apportant un brin de modernité. Et puis graphiquement, on en prend plein les yeux autant dans la version colorée que noir et blanc. La mise en couleur réalisée par Laurent Durieux est superbe et se fond dans une osmose parfaite avec le trait de François Schuiten. Sublime !

Preuve est faite avec cet album que l’on peut respecter l’œuvre en s’affranchissant de certains codes un peu lourds.

Loubrun

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

2 commentaires sur “Blake et Mortimer – Le dernier Pharaon

Ajouter un commentaire

  1. Tiens, j’ai pas senti la métaphore de la décroissance positive …Je dois dire que j’apprécie Schuiten et je ne suis pas un grand fan de B&M donc chez moi la lecture fut assez agréable malgré une traversée de BXL assez longue et un final assez étrange. Vu la complexité du sujet, tu t’en sors très bien avec ta chronique …

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis surpris par les antagonismes des différentes chroniques concernant ce Hors-Série.
    Il y a les nostalgiques de la ligne claire qui tirent à boulets rouges sur l’offense de Schuiten et ceux qui trouvent le scénario incohérent qui ne tient pas la route mais le dessin sublime.
    Bref, qu’importe qu’on en dise du bien ou du mal pourvu qu’on en parle… même si cette série n’a pas besoin de pub car comme tu le dis, cet album a fait couler beaucoup d’encre… je dirais même que Schuiten a un style qui n’en économise pas beaucoup ! 😜
    Je ne me mêlerai pas au débat, n’étant pas un fan de B&M (dont je n’ai dû lire que la fameuse Marque jaune), mais je dois reconnaître que le graphisme est superbe !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :