Le dernier des étés.

Auteur : Alfonso Casas.
Editeur : Paquet.
164 pages.
Sortie 16 janvier 2019.
Genre : roman graphique.
« Mais quand on est enfant, on ne choisit pas les horaires »

le dernier des étés 1

Le résumé.
Juste avant de se marie, sous prétexte d’un projet photographique sur le passage du temps, Dani se rend dans la ville côtière où il passait l’été durant son enfance. Un lieu qu’il n’a pas foulé depuis vingt ans et qui lui rappelle l’importance qu’il a joué dans sa vie.
Un voyage physique, mais surtout intérieur, que Dani entreprend pour tenter de répondre à cette question qui le hante : « Et si… ? »

Ledernierdesetes

Mon avis.
Figurez-vous que je me suis fait tirer les oreilles par l’attachée de presse de chez Paquet car j’avais pris cette BD pour un album jeunesse (à cause de la couverture). Un peu comme un cheval qui voit ça avec ses oreilles, c’est effectivement un roman graphique pur jus. J’aurais dû avoir la puce à l’oreille avec cette édition soignée : une pochette transparente, des pages calques qui font écho à de lointains souvenirs souvent idéalisés. Bref, vous avez en main, une édition soignée.
Maintenant il va falloir prêter l’oreille car cette histoire est avant tout une réflexion, une introspection sur ses choix de vie. Et si j’avais choisi cette option au lieu d’une autre. Et si j’avais écouté mon cœur au lieu de dormir sur mes deux oreilles. Les fantômes du passé ne vous casseront cependant pas les oreilles car c’est un voyage en nostalgie qui vous est proposé bien que notre héros n’est pas dupe, les souvenirs sont parfois trompeurs.
Un récit tout en retenue, point d’action tonitruante, avec une ambiance un peu spleen qui jongle habillement entre présent et passé grâce à une colorisation tout en douceur.
Mais de bouche à oreille, la fin est également très ouverte. Si vous me lisez régulièrement, je ne suis pas un grand fan de cette option laissée aux lecteurs d’imaginer sa propre fin. Quand on est cartésien, on le reste.
Finalement, un bel album pour son édition, un bel album pour son ambiance sur un amour-amitié un peu refoulé qui se lit avec bienveillance. Maintenant, j’espère que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd !


Samba.

 

 

Un commentaire sur “Le dernier des étés.

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :