Dans l’abîme du temps

Scénario : Ian Culbard
Dessin : Ian Culbard
Adapté de : H.P. Lovecraft
Dépot Légal : 09/2013
Editeur : Akileos
ISBN : 978-2-355-74147-0

Né de Jonathan et Hannah (Wingate) Peaslee, Nathaniel est professeur de politique économique à l’université de Miskatonic à Arkham.

Ian Culbard, H.P. Lovecraft, Akileos, dans l'abime du tempsJusque-là sain d’esprit, il perd connaissance en plein cours le 14 mai 1908 pour ne se réveiller que le 27 février 1913. Il apprend alors que pendant ces cinq années dont il n’a aucun souvenir il n’était pas alité comme il pouvait le supposer mais qu’il a souffert d’une perte d’identité, dès le 15 mai 1908 il n‘a eu de cesse de s’intéresser au monde qui l’entoure, très présent à la bibliothèque de l’université.

Le bibliothécaire a fait un témoignage assez étonnant de sa capacité à maitriser le contenu d’un livre en jetant simplement un œil dessus. Nathaniel a alors commencé à préparer d’étonnants voyages et des cours spéciaux dans les universités d’Amérique et d’Europe. Il a ainsi passé un mois dans l’Himalaya en 1909, en 1911 il a effectué une expédition à dos de chameau dans des régions inconnues d’Arabie et durant l’été 1912 il a affrété un navire et navigué dans l’arctique. Le but de ses expéditions demeure pour son entourage un mystère.

Ceci étant le point de départ de cette adaptation de la nouvelle de H.P. Lovecraft par Ian Culbard.

Ian Culbard, H.P. Lovecraft, Akileos, dans l'abime du tempsDès lors, Nathaniel va alors devenir de plus en plus tourmenté par des rêves étranges et inquiétants. Ce récit étant construit comme une lettre de Nathaniel à son fils Wingate en 1935, il est structuré de divers flashbacks qui nous permettent de découvrir le ressenti de Nathaniel vis-à-vis des souvenirs lui revenant sur ce qu’il a pu vivre et faire durant ces cinq années d’absence.

Les visions ont persisté, plus fréquentes et plus détaillées. Nathaniel rêve de ses conversations avec d’autres consciences exilées de tous les recoins du système solaire et de tous les âges possibles. Il apprend alors que la grande race avait appartenu à un monde ancien connu sous le nom de Yith, ses habitants ayant la capacité de se projeter dans le corps d’hôtes vivants à travers les âges, échangeant les corps des involontaires victimes avec les leurs. Les victimes réintègrent leurs corps une fois que les Ythiens ont pu étancher leur soif de connaissance.

Cette adaptation nous permet de retrouver des éléments propres à l’univers de l’auteur tels que la grande race de Yith ou leur ennemi les anciennes entités souterraines.

Ian Culbard, H.P. Lovecraft, Akileos, dans l'abime du temps

Le style est fidèle à celui de Lovecraft avec les descriptions à rallonge et les adjectifs pléthoriques. Bien sûr on perd certains concepts de la nouvelle mais l’essentiel y est.

A recommander aux fans mais aussi aux nouveaux venus qui n’ont pas en horreur les histoires de changement de corps et de double personnalité.

Scénario : 07/10
Dessin : 07/10
Global : 07/10

JaXoM

Un commentaire sur “Dans l’abîme du temps

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :